JET LAG

 

15/06 Il est 3h du mat’ je marche, pas sommeil

pas moyen de retrouver le fil, je marche.

ça va vite, trop vite, je me suis portant réveillée ce matin à 8h.

je contemple la ville, noire, illuminée par les lampadaires,

ils devraient être atteints, non? 14/06 18: 20 à ma montre.

Pourtant ils dorment tous, lovés sous leur drap,

Le tourbillon des ventilateurs et des climatiseurs emportent au loin la sueur de leur corps.

« oh, Gaby et Paul ont un chien maintenant, il dors dans sa niche »,

« noon!!! Frank a emménage avec sa copine?! il y a des rideaux aux fenêtres »

Je marche, je rentre chez moi. ma valise m’attends.

il faudrait que je la défasse.

mais j’ai le temps. il est 20h, non 5h, je sais,

j’ai faim, rien à l’horizon, tant pis je peux encore attendre.

je devrais commencé par nettoyer balayer aspirer,

après tout ça fait bien 6 mois que je suis partie, rien n’a bougé. Enfin, pour moi.

 

J’avais envi d’écrire ce bref texte pour parler de la sensation d’être en décalage, avec la vie, avec les autres.

 

jet lag

source

A un certain âge, on attends parfois de toi que tu sois à un certains stade de la vie, que tu ai certains acquis. mais c’est pas le cas.

Le monde accepte de plus en plus que l’on ne soit pas à diapason, parce qu’on vit, apprend, aime chacun  son rythme. c’est intrinsèque à qui on est. c’est difficile de jouer à faire semblant. doit on d’ailleurs?

On dit que parfois la vie des autres doit nous servir d’exemple. Pas pour se complexer mais pour y trouver l’inspiration, une ouverture vers d’autres possibles. je suis d’accord. Mais que faire quand le fossé est trop grand? jusqu’où peut aller la remise en question? que faire pour avancer?

J’aimerai bien avoir votre avis la dessus.

 

signature2

Laisser un commentaire